Comprendre la violence sexuelle liée à un conflit




Comprendre la violence sexuelle liée à un conflit
Dans les conflits à l’intérieur d’un pays ou avec d’autres pays, les civils sont souvent pris entre deux feux et l’un des impacts les plus préjudiciables sur les civils est le risque de violence sexuelle. D’après la définition établie par le Statut de Rome de la cour pénale internationale, les violences internationales incluent le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, l’avortement forcé, la mutilation sexuelle et la torture sexuelle. Il peut s’agir de violence sexuelle, de violence basée sur le genre, elle peut être unisexe ou encore sexualisée. La violence sexuelle liée à un conflit est accompagnée par le recours à la force ou la menace du recours à la force à l’encontre de la victime ou d’un tiers et se fait sans ou contre le consentement de la victime.

Quelques exemples majeurs de violence sexuelle liée à un conflit dans le monde peuvent être observés à travers les cas suivants:
. Entre 20.000 et 50.000 femmes ont été violées durant la guerre en Bosnie au début des années 1990.
. Entre 50.000 et 64.000 femmes déplacées à l’intérieur du pays ont subi des agressions sexuelles de la part des combattants en Sierra Leone.
. 500.000 femmes ont été violées durant les 100 jours de conflit du génocide rwandais.
. En 2008 et 2009 les cas signalés de violence sexuelle en République Démocratique du Congo s’élèvent respectivement au nombre de 15.314 et 15.297.
. En République Démocratique du Congo approximativement 1.100 viols ont été signalés chaque mois, avec une moyenne de 36 femmes et filles violées chaque jour. On pense que plus de 200.000 femmes ont subi des violences sexuelles dans le pays depuis le début du conflit armé.
. Le viol et la violence sexuelle envers les femmes et les filles sont généralisés dans le conflit qui se déroule dans la région du Darfur au Soudan.
. La violence sexuelle a été l’une des caractéristiques de la guerre civile au Libéria qui a duré 14 ans.

Que dit la loi ?

Etant donné que les conflits relèvent du domaine de la politique mondiale et qu’un état en conflit n’est pas toujours en mesure / ne souhaite pas toujours offrir à sa population civile la protection qu’elle mérite et dont elle a besoin, nous nous tournons vers la Loi Internationale pour s’occuper des conflits. Les conventions de Genève sont pertinentes dans le cadre de ce problème important auquel les femmes font face. En particulier, l’article 3 commun 3 aux Conventions de Genève interdit explicitement « la violence à l’égard des êtres vivants », « le meurtre sous toutes ses formes » et « les traitements cruels et la torture » infligés à des non-combattants durant des conflits armés non-internationaux. La 4è Convention de Genève est aussi importante car elle reconnaît le fait que bien que les femmes prennent rarement part aux combats, ce sont elles qui constituent la plupart des civils concernés. L’article 27 en particulier protège les femmes de devenir des victimes de plusieurs crimes de violence sexuelle liés à un conflit durant des guerres ou des conflits armés. L’article 147 est également important car il indique explicitement que les Etats Membres sont tenus par la loi internationale de punir les responsables – les personnes coupables d’actes violents envers les femmes. Il catégorise plusieurs crimes de guerre tels que: le meurtre délibéré, la torture et les traitements inhumains. De plus, la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies (octobre 2000) est d’importance car elle se concentre entièrement sur l’effet de la guerre sur les femmes, affirme l’engagement des Nations Unies à protéger les femmes durant les conflits armés et exhorte les femmes à davantage participer aux procédures décisionnaires de maintien de la paix, la protection des femmes et des filles et le respect de leurs droits.

La violence sexuelle liée au conflit est proscrite avec véhémence par la loi internationale et est considérée comme une violation et une infraction criminelle. La violence sexuelle et genrée dans le contexte d’un conflit a longtemps été vue comme un « butin de guerre légitime » ou une conséquence « inévitable » de la guerre. Néanmoins les choses ont évolué en 1992 avec l’agression endémique de femmes en ex-Yougoslavie. Depuis des efforts ont été faits pour changer l’attitude des populations et mettre un terme à l’impunité de ceux coupables de violence sexuelle liée à un conflit. Le Statut de Rome de la cour pénale internationale (2002) est également important car il criminalise le viol systématique et toute autre forme de violence sexuelle durant un conflit.

Dans les médias

Nous Contacter