Comprendre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail



Comprendre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail
Qu’est-ce que le harcèlement sexuel sur le lieu de travail ?
Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail implique des avances sexuelles, l’intimidation, l’agression, la coercition ou un comportement inapproprié de nature sexuelle, ainsi que la promesse malvenue ou inappropriée de récompenses en échange de faveurs sexuelles.
Quelles formes cela peut-il prendre ?
Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail peut se manifester sous la forme de harcèlement verbal ou physique.
Le terme « lieu de travail » désigne à la fois un endroit où l’on travaille et une relation professionnelle. On peut distinguer deux types de situations: le quiproquo qui est l’exigence de faveurs sexuelles en échange d’une récompense et un environnement hostile qui fait référence au harcèlement sexuel pur et simple.
Des avances sexuelles inopportunes, des sollicitations de faveurs sexuelles et d’autres conduites verbales ou physiques de nature sexuelle qui tendent à créer un environnement de travail hostile ou offensant. Le harcèlement sexuel au travail crée souvent un environnement hostile et intimidant et interfère avec le comportement d’un employé au travail. Quand la soumission à des avances sexuelles de n’importe quelle sorte vient à dicter explicitement ou implicitement les conditions de travail et l’emploi même d’un salarié, cela équivaut à du harcèlement sexuel. Cela est également connu comme harcèlement sexuel de contrepartie. Lorsque le rejet d’avances sexuelles de la part d’un employé a pour conséquence la fin de son emploi ou des décisions partiales concernant par exemple une promotion, la fin d’un contrat, il s’agit de harcèlement sexuel. Cela relève également du harcèlement sexuel de contrepartie.
Le harcèlement sexuel inclut:
. Le viol, la tentative de viol ou l’agression sexuelle.
. Une pression non sollicitée pour obtenir des faveurs sexuelles.
. Toucher, se pencher, acculer, pincer délibérément sans y avoir été invité.
. Des regards ou des gestes sexuels non sollicités.
. Des lettres, des appels téléphoniques ou des documents de nature sexuelle non sollicités.
. Une pression non sollicitée pour obtenir des rendez-vous.
. Des moqueries, des blagues, des remarques ou des questions d’ordre sexuel non sollicitées.
. Faire référence à un(e) adulte en tant que fille, poupée, beau/belle gosse, canon, chéri(e).
. Siffler quelqu’un.
. Des commentaires sexuels.
. Transformer des discussions de travail en sujets de nature sexuelle.
. Des sous-entendus ou des anecdotes sexuelles.
. Poser des questions au sujet de fantasmes sexuels, de préférences sexuelles ou du passé sexuel de quelqu’un.
. Des questions personnelles à propos de la vie sexuelle ou sociale.
. Des commentaires sexuels à propos de l’habillement d’une personne, de son anatomie ou de son apparence physique.
. Des bruits de baiser, des hurlements, des claquements de langue.
. Raconter des mensonges ou faire courir des rumeurs à propos de la vie sexuelle d’une personne.
. Un massage du cou.
. Toucher les vêtements d’une personne, ses cheveux ou son corps.
. Offrir des cadeaux personnels.
. Tourner autour d’une personne.
. Etreindre, embrasser, donner une tape, caresser quelqu’un.
. Se toucher ou se frotter de manière sexuelle à proximité d’une autre personne.
. Se tenir très proche d’une personne ou l’effleurer.
. Regarder quelqu’un de haut en bas.
. Fixer quelqu’un du regard.
. Des signes sexuels évocateurs.
. Des expressions du visage, des clins d’œil, envoyer des baisers ou se passer la langue sur les lèvres.
. Faire des gestes sexuels avec ses mains ou à travers des mouvements du corps.
. Traquer (surveiller ou suivre quelqu’un de manière répétée).

Dans les médias

Nous Contacter